Comment se passe l'inscription d'un salarié à un stage Kintsugi RH ?

Après envoi d’un devis détaillé mentionnant le détail du programme, et après votre validation, nous vous faisons parvenir une convention de formation. Avant le début du stage, nous rencontrons le salarié (entretien physique ou à distance suivant votre zone géographique) afin de recueillir ses attentes et besoins. Cette étape nous permet de personnaliser le parcours de formation en l’adaptant précisément aux besoins du stagiaire. Lors de cet entretien, nous faisons signer au stagiaire le règlement intérieur de la formation fixant le cadre du stage et notamment les aspects relatifs à la confidentialité des échanges.

QUELLE EST VOTRE MéTHODE PéDAGOGIque ?

Nous utilisons la métaphore de la méthode traditionnelle japonaise du Kintsugi comme fil directeur de notre stage. Chaque journée s’appuie sur des apports en lien avec les différentes phases de cette méthode : identification de ce qui est fragile ou fêlé, identification des zones à combler, à modifier ou à supprimer, consolidation des fragilités et apport de liant, décoration et cuisson. Cela permet d’aborder individuellement et en groupe les différentes dimensions de la personne humaine et d’acquérir une fine connaissance de soi. La pédagogie est active et participative.    

Que coûte un stage Kintsugi RH ?

Avec un format résidentiel et un niveau de prestation élevé (choix d’intervenants certifiés, cadre confortable pour l’hébergement, la restauration et le choix des activités), les stages Kintsugi RH représentent un investissement pour vos salariés clés. Cependant, le coût d’un stage est nettement inférieur au coût d’un burnout et – à titre de comparaison – aux prestations habituellement facturées par la plupart des cabinets de recrutement pour le remplacement d’un salarié.

Kintsugi RH étant organisme de formation, vous pouvez par ailleurs passer cet investissement dans vos dépenses de formation.

N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir un devis.

Comment vous assurez-vous de la confidentialité des échanges ?

Dans les travaux de suivi individuel, nous travaillons avec votre salarié sur son positionnement dans son entreprise, dans sa fonction.

Dans les temps de groupe chacun parle de soi, en tant que personne, homme ou femme, et s’engage à ne pas mentionner le nom de son entreprise.

Cela est formalisé dans le règlement intérieur de la formation.

Peut-on inscrire un salarié que nous pensons être réellement en burnout ?

Cela n’est pas souhaitable car la prise en charge d’un salarié déjà̀ en épuisement nécessite une thérapie lourde pour laquelle Kintsugi RH n’est pas armé. Lorsque le salarié envisagera la reprise de son travail, le stage Kintsugi RH pourra être un vrai bénéfice pour lui.

Comment pouvez-vous garantir l’efficacité de votre méthode ?

Nous ne le pouvons pas. Chaque individu est différent et chacun s’inscrit différemment dans un processus et de manière singulière. Cependant la spécificité́ de nos stages qui proposent une introspection progressive au sein d’un collectif permet au stagiaire d’appréhender l’ensemble de ses dimensions (physique, intellectuelle, émotionnelle, spirituelle) dans une période relativement courte. Kintsugi RH a par ailleurs sélectionné́ des intervenants de grande qualité́, tous certifiés, pour permettre de délivrer un programme de haut niveau.

Pourquoi un format résidentiel ?

Ce format est nécessaire pour permettre une prise de recul et un espace-temps dédié à l’étude et à la compréhension des mécanismes de l’épuisement. Les dimensions travaillées (physiques, intellectuelles, émotionnelles et spirituelles) concernent la personne certes, mais également les dynamiques qui l’animent dans ses interactions avec les autres participants. Cela permet en outre une cohésion de groupe, souhaitée par Kintsugi RH, dans un cadre bienveillant.

J’ai évoqué ce stage avec l’un(e) de nos salarié(e)s mais il/elle me dit ne pas être concerné(e). Que pouvez-vous me conseiller ?

Parmi les premiers signes d’alerte du burnout, figure le déni de sa situation. Pourquoi ? Car admettre ses failles et ses difficultés au travail reste – en France – très compliqué. Cela est lié à notre système éducatif et à notre culture. Le déni est ainsi un mécanisme de défense pour éviter de se montrer faillible. Mais en cherchant à se protéger, la personne se met paradoxalement en danger car elle n’identifie pas à temps le phénomène de burnout, son processus et ses signaux faibles. Seule cette compréhension des mécanismes permet de se protéger de l’épuisement. 

Vous pouvez suggérer à cette personne le stage Kintsugi RH comme un tremplin pour son avenir afin de gagner en leadership. Apprendre à se connaître et à identifier ses propres fonctionnements est gage d’un exercice de ses responsabilités managériales ou techniques futures avec discernement, c’est-à-dire en ayant compris le fonctionnement humain, ses limites et potentiels et en étant capable de mener des équipes et des projets dans le respect des personnes.