Dernièrement j’ai été sollicité par un expert comptable pour intervenir auprès de CSE. Ce dernier souhaite avoir un retour d’expérience sur le télétravail confiné dans une entreprise. L’objectif de ces élus : dépoussiérer l’accord collectif, proposer des solutions tenant compte du vécu des salariés, améliorer ce qui peut l’être et avancer avec leur direction sur de nouvelles bases.

J’en parle à un ami qui me dit : “Attention, il ne faudrait pas que tu aies une étiquette ‘CSE’, ce serait difficile de travailler pour des DRH d’un côté et pour des CSE de l’autre.”

Ah bon ? Parce qu’il faut choisir son camp ?

Pour moi que l’initiative vienne des élus du personnel ou du DRH, si elle a vocation à améliorer les conditions de travail et à permettre de fédérer les équipes, je ne vois pas où est le problème.

Peut-être que d’avoir siégé 9 ans aux prud’hommes et d’avoir vécu de près les relations sociales en entreprise m’a donné l’idée que les syndicats ne sont pas là pour empêcher le système d’avancer.

Les différents existent toujours sur la façon de mener les projets mais si l’on sait que l’on sert un intérêt commun en mettant l’Homme au centre, on finit toujours par se rapprocher sur les façons d’avancer.

Qu’en pensez-vous ?