« Qu’est-ce que je m’enquiquine dans mon travail ! »

« Je ne vois plus de sens à ce que je fais. »

Si vous n’avez pas déjà prononcé ces phrases, vous les avez forcément déjà entendues par un proche. D’autant plus pendant les vacances d’été propices à la prise de recul et aux questionnements existentiels. Et d’autant plus après cette année éprouvante !

Une contrôleuse de gestion accompagnée dans le cadre d’un coaching en était à sa 7ème révision budgétaire avant l’été. Certes, cette activité fait partie de ses activités mais la somme de travail demandée et le caractère répétitif ont finit par l’user. Elle ne voit plus de sens dans son travail et souhaiterait changer d’environnement. Peut-être même changer de voie. Oui, mais pour quoi faire ? Et ses interrogations l’amènent à nouveau à questionner sa place dans le monde du travail et à interroger le sens de sa vie.

Il faut dire que le travail tient une place considérable dans notre vie : nous y passons 7 à 12 heures par jour, y trouvons notre moyen de subsistance mais également le lieu naturel d’échanges et de lien social.  Et c’est bien pour cela que le télétravail est venu marquer l’extraordinaire besoin que nous avons – comme animaux sociaux et grégaires – de nous retrouver autour de rituels.

Quand le travail perd son sens, la vie peut également perdre son sens. D’autant plus pour les personnes qui s’investissent beaucoup dans leur travail et pour qui la place du travail est centrale. Faut-il le rappeler, il est toujours dangereux de mettre tous ses œufs dans le même panier ! 

Ainsi, la première arme face à la perte de sens au travail, c’est d’avoir un équilibre à côté avec des activités autres que le travail : sport, jardinage, bricolage, peinture, musique, dessin, collections, etc.

Si changer de travail ou d’environnement peut être une solution, rappelons-nous que l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs. Parfois retrouver du sens ou redonner du sens à son travail, dans son environnement de travail, peut être le meilleur moyen de “passer un cap” avant d’envisager des changements plus conséquents.

Quelques pistes de réflexion pour y parvenir :

  • “Si tous les dégoûtés s’en vont… ne restent que les dégoûtants” :  se dire que si on on abandonne, on laisse la place à d’autres personnes qui feront certes le travail mais en y mettant pas les mêmes convictions ni les mêmes valeurs que les siennes. Si on est à cette place, ce n’est pas pour rien. On peut transformer l’essai en en faisant un atout pour l’organisation. Et quand le travail perd son sens, se dire “qu’aurait fait un autre à ma place ? aurait-il fait aussi bien que moi ? avec autant d’envie de bien faire dans l’intérêt de l’organisation ? avec ces convictions et ces valeurs ?”
  • Mettre une casquette d’entrepreneur : oublier un peu les rapports hiérarchiques pour vous placer sur le terrain du client et du fournisseur interne. Chaque personne dans l’organisation apporte un service. Chaque personne est tour à tour fournisseur et client interne pour mieux servir le client final. Lorsque le travail perd son sens, on observe souvent que c’est parce que le client final a été un peu (ou beaucoup parfois !) oublié. Remettre le client final au centre de votre activité, même quand vous êtes très éloigné de ce dernier, c’est redonner du sens à sa mission. Et ça marche que l’on fasse la paie, la compta, les achats ou l’approvisionnement : on contribue par son activité à faire que l’objectif de satisfaction des clients (ou des patients) soit atteint.
  • Utiliser ses talents personnels au travail :
    • Vous êtes violoncelliste à vos heures perdues ? Pourquoi ne pas proposer le jeudi midi (même en télétravail) un concert d’1/4 d’heure pour vos collègues ? Ou proposer de monter un quator avec quelques musiciens ?
    • Vous aimez la peinture sur porcelaine ? Pourquoi ne pas proposer à vos collègues un atelier d’une heure pour personnaliser son mug ou sont pot à crayons ?
    • … Si cela ne résout pas le sens de votre travail en tant que tel, cela contribue à créer – dans votre travail – des moments qui ont du sens pour vous. 

#QueteDeSens