Témoignage reçu d’une personne que j’accompagne : “J’angoisse du retour au travail. J’angoisse de retrouver le rythme précédent. Je n’en dors plus.”

Si le confinement au sens étymologique – du latin confina (confins) – nous a poussé aux confins de nous-même, permis une introspection et un retour à soi, à quoi peut ressembler le déconfinement (mot qui n’existe à priori d’ailleurs pas dans les dictionnaires) ?

Je peux comprendre cette angoisse qui monte.

Malgré le télétravail et la charge accrue pour certains, cette période si particulière où le monde était sur “pause” a aussi permis d’aller explorer les frontières de son être, de son environnement proche et de se poser des questions – parfois existentielles. Et le retour à une vie “normale” ne peut qu’être angoissant pour certains.

Comment gérer cette période à venir ?

Quelques pistes de réflexion : dans la mesure du possible, profiter de cette période intermédiaire qui s’ouvre de semi-confinement (puisque l’on nous dit que la vie ne reprendra pas le 11 mai comme le 17 mars) pour faire des choix :

  • où sont mes priorités ?
  • comment puis-je mieux équilibrer ma vie personnelle et professionnelle ?
  • comment programmer dans mon agenda des moments pour moi, pour me (re)connecter à moi-même ?